La Responsive City rend la ville à ceux qui la vivent

La Smart City a-t-elle encore un sens ? Alors que les innovations technologiques se multiplient, la place de l’humain se fait de plus en plus floue. Loin du tout technologique, la Responsive City prétend rendre sa place au citoyen de la ville de demain.

responsive city - yoga

La Smart City a un problème. Constamment invoqué, le concept se dilue dans la profusion des discours. Toute approche technologique de la ville semble aujourd’hui rentrer dans la définition. On ne compte plus les entreprises qui ont présenté leur plan pour la Smart City au CES en 2018. Côté grands groupes, Google va rénover tout un quartier de Toronto avec Sidewalk Labs, entité d’Alphabet dédiée à la ville. Bosch s’attaque indistinctement à la qualité de l’air et au parking. Côté startups, le chargeur électrique du futur côtoie le guidon connectéComme le décrit Olivier Ezratty dans son traditionnel rapport dédié au salon, on observe “un bric à brac assez hétéroclite de solutions”.

C’est dans ce cadre conceptuel flou qu’a émergé l’idée de Responsive City. Bien qu’elle s’appuie sur les mêmes leviers – data, IoT, automatisation – que la Smart City, cette dernière a le mérite de se définir par sa finalité : le citoyen. L’ouvrage éponyme de Stephen Goldsmith et Susan Crawford posait déjà en 2014 les bases d’une villes intelligente qui mettrait les données au service de l’usager de la ville. Après tout, “qu’est ce qu’une ville sinon ses habitants”, écrivait Shakespeare dans Coriolan…*

Le concept fait écho aux craintes d’une ville toute technologique, terrain de jeu – et de business – des grands groupes industriels et autres GAFAM, au détriment du citoyen et d’un traitement équitable des habitants. “Si la gouvernance d’une ville ne tenait qu’à l’efficacité, vous n’enverriez pas de bus dans les zones rurales ou pauvres”, s’inquiète Pamela Robinson dans le New York Times à propos du projet de Google à Toronto. Ghettos ultra-connectés réservés aux populations les plus riches, surveillance de masse permise par la collecte systématique des données, conflits de gouvernance entre acteurs publics et privés : le cadre conceptuel de la Responsive City ne remet pas en cause l’émergence d’une ville intelligente, mais il en interroge efficacement les limites.

* http://shakespeare.mit.edu/coriolanus/coriolanus.3.1.html 

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.