Maintenance et innovation : des alliés objectifs

On n’associe pas naturellement maintenance et innovation. Quand la maintenance consiste, dans sa définition la plus générale, à préserver l’existant, la notion d’innovation convoque dans l’imaginaire collectif des représentations de nouveautés disruptives.

Pourtant, le secteur de la maintenance connaît de profondes mutations, notamment grâce à la technologie et en particulier à l’IoT. L’objectif ? Réduire les coûts, allonger la durée de vie des infrastructures et plus largement, contribuer à combler le fossé voué à se creuser entre investissements réalisés et besoins au niveau mondial.

Des enjeux stratégiques pressants

Alors que le grand programme d’investissement dans les infrastructures de Donald Trump semble au point mort, deux chercheurs américains plaident dans le New York Times pour revaloriser la maintenance. A en croire Andrew Russell (SUNY Polytechnic Institute) et Lee Vinsel (Virginia Tech), la maintenance – et avec elle, ses professionnels – serait trop souvent sous-évaluée, quand l’innovation serait par trop glorifiée. Et de citer l’attention accordée aux nombreuses initiatives d’Elon Musk, dont l’Hyperloop qui semble promouvoir l’idée, qu’en matière de transports, mieux vaut faire table rase du passé et repartir à zéro. Or, les infrastructures existantes sont en fait un véritable atout. Selon le World Economic Forum, l’optimisation de ces dernières constitue même l’un des trois piliers stratégiques qui permettra d’atteindre les objectifs mondiaux en matière d’infrastructures.

Dans un contexte de forte pression démographique, environnementale et budgétaire, il faut adopter une approche innovante de la maintenance. Car la maintenance coûte cher : selon les données de l’OCDE, les coûts associés à la maintenance des infrastructures routières en France atteignaient 2,5 milliards d’euros en 2015, soit 14,7% de l’investissement total dédié aux infrastructures de transport.

Une révolution technologique bien entamée

Grâce au Big Data, à l’Internet des objets (IoT) et au machine learning, de grandes entreprises industrielles, Caterpillar ou encore Rio Tinto, déploient déjà des stratégies de maintenance prédictive ou « smart maintenance », avec à la clé, des économies substantielles sur leurs équipements et infrastructures. Selon le cabinet d’études ABI Research, les recettes de la maintenance analytique atteindront 24,7 milliards de dollars en 2019, constituant ainsi le marché le plus rentable de l’IoT. Les infrastructures de transport sont particulièrement concernées par cette révolution ; les initiatives se multiplient et l’avènement de la voiture connectée promet d’amplifier encore la tendance. Preuve que l’innovation et la maintenance ne constituent en rien des concepts opposés !

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.