Ensemble pour demain – les rencontres du 18 au 20 mai

Cette semaine encore, continuons d’élargir ensemble nos horizons et nous retrouver en ligne, pour échanger dans toute notre diversité de vues sur les thèmes que nous explorons ensemble depuis maintenant 3 ans !

PREPARER DEMAIN

Les débats du jour d’après : au-delà des idées reçues, des fake news ou des conclusions hâtives, déroulons les scenarios envisageables pour demain

Lundi 18 mai à 13h — Quels scénarios pour les mobilités après la crise ?

L’expérience de la crise sanitaire nous a contraints à limiter nos déplacements au strict nécessaire — tout en précipitant la diffusion des usages du travail à distance. Ce moment paradoxal voit tout à la fois reculer comme jamais l’usage des modes partagés de déplacement mais sert, dans de nombreuses métropoles dans le monde, d’accélérateur au déploiement d’infrastructures dédiées au vélo. Que restera-t-il de la crise dans le paysage des mobilités demain ? Le « moment coronavirus » offre-t-il une occasion de repenser les mobilités ?

Ingénieure urbaniste de formation, Amandine Richaud-Crambes est directrice de la Fabrique des Mobilités, le premier accélérateur européen dédié aux acteurs du transport et des mobilités

PARTICIPER

LA GRANDE TRANSITION

Espaces contraints, consommation optimisée des ressources, relations aux écosystèmes : la transition écologique inspire déjà les solutions et les métiers des villes et des infrastructures.

Mardi 19 mai à 17h — Conduire la transition du monde vers les énergies éolienne, hydraulique et solaire – conférence en anglais

Le réchauffement climatique, la pollution de l’air et l’insécurité énergétique sont trois des problèmes les plus importants auxquels le monde est confronté aujourd’hui. Mark Jacobson, l’un des experts américains les plus en vue en sciences de l’environnement, évoquera les opportunités techniques et économiques permettant de convertir les infrastructures énergétiques mondiales aux énergies solaires, hydrauliques et éoliennes dans les transports, l’industrie et la climatisation.

Mark Z. Jacobson est directeur du programme Atmosphère/Energie et professeur de génie civil et environnemental à l’université de Stanford. Il est également Senior Fellow de l’Institut Woods pour l’environnement et de l’Institut Precourt pour l’énergie. Il est diplômé de l’Université de Stanford en génie civil, en économie et en génie environnemental. Il a obtenu une maîtrise et un doctorat en sciences de l’atmosphère à l’UCLA et est entré à la faculté de Stanford en 1994. Il développe et applique des modèles informatiques pour comprendre la pollution de l’air, le réchauffement climatique et les ressources énergétiques renouvelables. Il a reçu le prix Henry G. Houghton 2005 de l’American Meteorological Society et le prix Ascent 2013 de l’American Geophysical Union pour son travail sur les impacts climatiques du carbone noir et le prix Global Green Policy Design pour les plans énergétiques des États et pays en développement. Il a fait partie d’un comité consultatif auprès du secrétaire américain à l’énergie.

PARTICIPER

LA GRANDE TRANSITION

Espaces contraints, consommation optimisée des ressources, relations aux écosystèmes : la transition écologique inspire déjà les solutions et les métiers des villes et des infrastructures.

Mercredi 20 mai à 14h — Tirer les leçons de la crise pour lutter contre le changement climatique

La lutte contre le coronavirus a mis en mouvement les gouvernements du monde entier, qui ont fréquemment montré leur capacité à prendre des mesures radicales contre la pandémie et à convaincre les populations de leur bien fondé. Il est tentant d’établir un parallèle entre cette entreprise mondiale sans précédent et l’échec de la diplomatie internationale à organiser efficacement la lutte contre le changement climatique. Pourquoi l’urgence climatique ne parvient-elle pas à s’imposer au sommet de l’agenda mondial ? Quelles leçons peut-on tirer de la crise du coronavirus pour apporter une réponse mondiale à ce défi sans précédent ?

François Gemenne est chercheur en science politique, directeur de l’Observatoire Hugo – Observatoire mondial des migrations environnementales à l’Université de Liège (Belgique) et membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur les politiques d’adaptation au changement climatique. Il a fait paraître en 2019 un Atlas de l’anthropocène.

PARTICIPER

Pour en savoir plus : « De la crise du coronavirus, on peut tirer des leçons pour lutter contre le changement climatique », tribune de François Gemenne et Anneliese Depoux parue dans Le Monde le 18 mars 2020

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.