La donnée personnelle, nouveau ciment d’urbanité

Le Big Data est en passe de remodeler la ville et les manières d’y résider. Le citadin capteur et émetteur participe de cette dynamique : en transmettant en continu ses données, il dresse sans y penser la carte des usages de la ville. Or, l’usage de ces données laisse entière la question de leur contrôle et bouscule certains équilibres politiques. Le 3e festival Building Beyond de Leonard, dédié au futur des métiers des villes et des territoires, s’est emparé de ces enjeux le 1er octobre à Paris.

Il connaît l’état du trafic automobile. Repère les rues les plus fréquentées. Mémorise les lieux de recyclage. Profite d’innombrables offres de services, qu’il recommande ou déconseille. Son smartphone et ses applis promeuvent-ils le citoyen connecté au rang de concepteur et d’animateur de la ville de demain ? En se faisant capteur et émetteur  de données, il en modifie au moins le visage. « La rue se transforme par l’usage du smartphone et l’accès à l’espace public passe de plus en plus par l’information sur l’accès à cet espace », souligne Isabelle Baraud-Serfaty, fondatrice d’Ibicity, dédié au conseil et à l’expertise en économie urbaine. Qu’on en juge par l’application Waze, nourrie des données propres de 13 millions d’automobilistes en France, soit un sur quatre.

Cependant, la production de données ne suffit pas à faire du citadin un acteur de la ville. La connexion rime trop souvent avec recherche de rapidité et de simplicité, au risque de déléguer beaucoup de pouvoir aux véritables maîtres du Big Data. « Il y a une grande passivité des citoyens », déplore Cécile Maisonneuve, présidente de la Fabrique de la Cité. « Aux Pays-Bas ou en Allemagne, des startups vendent des fournitures de transition énergétique connectées. Le citadin est en fait à la disposition de ses fournisseurs de services, en leur livrant des données de son intimité. On ne paye pas pour voir mais au contraire pour ne pas voir, tant qu’on a son confort. »

Comprendre et maîtriser les enjeux du partage des données en ville 

En servant l’intérêt général, le partage des données peut aussi servir les intérêts d’acteurs privés dont il est important de comprendre les intentions. En témoigne le cas de Rio de Janeiro, où les habitants des favelas ont longtemps été ignorés des cartographies. « C’est maintenant chose faite grâce à l’impulsion d’associations locales », note Antoine Courmont, docteur en sciences politiques et chargé d’études à la CNIL, « mais en partenariat avec Google. » L’enjeu du consentement est donc posé et il implique de dépasser ce paradoxe de l’internet que Cécile Maisonneuve résume ironiquement : « vous avez peur, mais vous vous exposez. »

Le Self Data, soit la possibilité offerte aux personnes de contrôler et de réutiliser les données qu’ils génèrent, suggère un autre chemin. « La ville constitue le cadre approprié de son expérimentation en termes de partage », assure Sarah Medjek, manageuse de projet d’innovation de Fing, qui a soutenu par ce biais la mutation digitale de trois villes pilotes : La Rochelle, Nantes et le Grand Lyon. Elle constate que la démarche s’oriente naturellement vers les besoins des politiques de villes pour lesquelles le Self Data devient un outil. « Les données touchant à un grand nombre de domaines, il a fallu cibler les priorités », précise la spécialiste. « La Rochelle veut devenir zéro carbone, Nantes entend favoriser la consommation locale et Lyon vise la simplification administrative. »

Brouillage de gouvernance

Le Self Data ne va pas sans territorialité et c’est tout l’objet de la feuille de route élaborée par la Fing pour l’implémenter au niveau européen. « C’est bien la centralisation qui, en France, a fait échouer StopCovid et le partage des données de santé dans le contexte de la crise sanitaire. Les villes n’en disent rien », regrette Cécile Maisonneuve, citant en contre-exemple Singapour où la mise à disposition des données de fréquentation des bars et des supermarchés a mis en situation les citoyens de prendre des décisions informées.

L’utilisation de la donnée, mêmes sécurisée, au nom de l’intérêt général n’en soulève pas moins l’autre grande question : celle de la recomposition des pouvoirs. Antoine Courmont pointe ici un enjeu démocratique majeur. « On l’a vu avec l’appli “Dans ma rue” à Paris, vendue comme une sorte de participation citoyenne à la maintenance urbaine. Les signalements ont tôt fait de bousculer la gestion de l’espace public, entre mairie centrale et mairies d’arrondissement, entre secrétariat général et services techniques, entre services techniques centralisés et décentralisés. » Isabelle Baraud-Serfaty souligne à son tour le défi de gouvernance pour les collectivités. « Les services urbains fonctionnent de plus en plus en écosystèmes d’acteurs interdépendants. Or, outre le brouillage entre acteurs publics et privés, ces mêmes acteurs peuvent croître et décroître très rapidement, comme les startups. » Le développement de nouveaux liens de confiance entre acteurs de l’urbanité connectée ne permettront pas de faire l’économie de nouveaux arbitrages politiques.

LEONARD TV

Le meilleur des colloques, travaux et rencontres de Leonard en vidéos

Toutes les vidéos

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.