Même le flop a droit à son musée

La ville suédoise de Helsingborg a ouvert un très sérieux musée de l’Echec.

La célébration des vertus de l’échec est devenue, au fil des années, un mantra de l’écosystème entrepreneurial. A en croire les évangélistes de l’échec, qui prennent désormais la parole lors de « Failcon » partout en France, il faudrait passer par des déconvenues cuisantes pour rencontrer, ensuite, le vrai succès. C’est en suivant cette logique, et non sans humour, que la ville suédoise de Helsingborg a ouvert un très sérieux musée de l’Echec.

Dans ce temple des ratés industriels, on trouve pêle-mêle : une version de Coca-Cola au café, un iPad des années 1990 pour envoyer des fax, un « Bic » spécialement conçu pour les femmes, un parfum Harley Davidson ou encore… les Google Glass. Le but ? Donner à voir la prépondérance de l’échec en matière d’innovation. En tout, près de 70 produits devenus des flops commerciaux retentissants ont été sélectionnés par des curateurs à l’esprit décalé. Si vous n’avez pas l’intention de vous déplacer dans le sud de la Suède de sitôt, vous pouvez retrouver les meilleurs ratés du musée en vidéo :

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.