Radar – notre sélection de business innovants #27

3,5 millions de dollars pour Traceair et sa solution d’analyse des prises de vues aériennes de chantiers

La startup californienne Traceair vient de lever 3,5 millions de dollars en Series A, portant le total des fonds levés à 10 millions de dollars. Ce tour de table est mené par le fonds londonien XTX Ventures, aux côtés de Metropolis VC, Liquid 2 Ventures, GEM Capital, GPS Ventures et Andrew Filev.

Lancé en 2016 autour d’une solution de détection d’anomalies sur les chantiers grâce à des drones, Traceair a depuis étendu ses activités à d’autres domaines. En effet, grâce à l’analyse de vues aériennes prises par drone, les logiciels de la startup permettent désormais de contrôler et optimiser à distance de nombreux aspects d’un chantier, de la réduction des déchets au suivi des délais de construction. Dans le contexte de crise sanitaire, ces outils permettent notamment de réduire la présence physique sur les chantiers.

Les sommes levées permettront de renforcer les départements Marketing et Ventes de l’entreprise, tout en contribuant au développement de nouveaux services.

La levée de fonds de Traceair intervient moins de deux mois après celle de AI Clearing, confirmant le potentiel de ce type de solutions. En décembre 2020, AI Clearing avait mené un tour de table auprès de Innovation Nest, Innovo Venture Partners et Tera Ventures (des fonds Polonais et Estoniens) à hauteur de 2,5 millions de dollars. AI Clearing a été sélectionnée pour rejoindre le programme CATALYST de Leonard en janvier 2021.

Projet Fastcarb : premiers résultats pour la carbonatation accélérée des bétons

Lancé il y a trois ans, le projet de recherche & développement FastCarb a pour objectif de diminuer l’empreinte carbone des bétons. Pour y parvenir, FastCarb rassemble de nombreux organismes publics et privés issus de la communauté béton (maîtres d’ouvrages, ingénieries, entreprises de travaux, bureaux de contrôle, industriels, organismes de recherche) et mène différents tests, dont les premiers résultats viennent d’être présentés.

La technologie privilégiée est la carbonatation accélérée, un phénomène chimique qui consiste à faire réagir le dioxyde de carbone avec le ciment. Dans la nature, cette réaction se produit sur plusieurs centaines d’années. Dans le cadre de FastCarb, l’idée est d’injecter du CO2 d’origine industrielle directement dans des granulats de béton recyclés afin d’accélérer le phénomène.

Selon les premiers essais menés en laboratoire et sur des prototypes industriels, les granulats de béton pourraient ainsi capter entre 10 et 50 kg de CO2/t. Cela signifie qu’un constructeur produisant 1 m3 de béton à partir de granulats recarbonatés pourrait retrancher de son bilan carbone entre 15 et 75 kg de CO2. En cimenterie, le procédé expérimenté affiche un taux de captation de CO2 de 40 kg par tonne (là où les estimations théoriques laissaient espérer 70 à 80 kg de CO2 par tonne). Un troisième test, utilisant un conteneur maritime rempli de granulats recyclés dans lequel a circulé du CO2 ne s’est pas avéré concluant.

Même si ces premiers résultats sont encourageants, cette technologie ne sera pas une solution miracle. « Du fait des stocks restreints, même si nous parvenions à utiliser la totalité des agrégats de l’Hexagone avec une captation maximale de CO2 de 50 kg/t, les émissions de CO2 ne seraient réduites que de 10 %. Il restera donc 90 % à compenser. Beaucoup d’autres actions devront donc être menées en parallèle à l’avenir », prévient Laurent Izoret, directeur délégué produits et applications au sein de l’Association technique de l’industrie des liants hydrauliques (Atilh) cité par Le Moniteur. Prochaine étape : la publication des conclusions des travaux relatifs à l’évaluation économique de FastCarb, au cours du printemps 2021.

Swapp, outil d’automatisation des plannings de construction, lève 7 millions de dollars

Créée en 2019 par l’ancien CEO d’Autodesk en Israël, Eitan Tsarfati, la startup Swapp vient de lever 7 millions de dollars en amorçage auprès des fonds Point72 Ventures et Entrée Capital.

Basée à Londres et Tel Aviv, Swapp cherche à réinventer l’architecture et à automatiser toute la phase de planification de la construction. L’outil affiche une promesse forte : 40% de temps gagné sur la phase de conception et 25% de gains d’efficacité pour les bâtiments et les chantiers. Via Swapp, architectes et promoteurs immobiliers peuvent collaborer ensemble sur leurs projets de construction ou de rénovation, en s’appuyant sur des outils d’intelligence artificielle et d’analyse de données.

Par exemple, après avoir renseigné les informations sur le terrain, les plans et les contraintes relatives aux extérieurs et intérieurs du bâtiment, les utilisateurs se voient suggérer automatiquement une sélection d’options de planification générées par l’algorithme, dans le but de maximiser l’efficacité du bâtiment et de minimiser les coûts de construction.

Cette levée de fonds servira à développer de nouvelles fonctionnalités pour le logiciel, à améliorer les algorithmes d’intelligence artificielle et à développer les équipes commerciales de l’entreprise.

Qui sommes-nous ?

Pour relever le défi de la transformation des territoires et des modes de vie, le groupe VINCI a créé Leonard. Notre objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.